Recruteur et sans décolleté !

Oui, je suis un homme et je fais du recrutement/RH en SSII ! Non, je ne me travestis pas pour attirer ou plaire aux candidats… Autant un recruteur homme ne choque pas dans beaucoup d’autres filières, autant en SSII et dans l’informatique en général cela parait… bizarre !

Tout est parti d’un échange de tweet avec Jean-Baptiste, lui aussi recruteur, suite à cet excellent billet de Ludwine : Développeuse, une histoire vraie.

Tweet

Il est vrai que mes collègues ont été choqués le jour où j’ai annoncé que je quittais le monde du développement logiciel pour les ressources humaines. Déjà que ce revirement de carrière n’est pas commun, en plus pour un homme !

Certes, les ingés n’ont pas beaucoup de femmes dans leurs équipes. Alors pour beaucoup au moment où ils mettent leur CV en « pâture sur Monster », autant avoir une jolie fille au bout.

Bref, vous l’aurez compris, beaucoup de préjugés… Pour preuve, les innombrables emails reçus commençant par « Madame » et cette petite phrase tirée de l’email d’un candidat (un peu énervé), il y a quelques mois :

Je vous invite donc à continuer à recruter des ingénieurs sensibles au décolleté ravageur d’une assistante décérébrée !

 

Alors, faut-il avoir un petit haut moulant et une longue chevelure blonde pour recruter des informaticiens ?

Et bien non : c’est mon job à plein temps et il est fait correctement (enfin j’espère !). Certes un recrutement est un travail de séduction des deux parties, mais n’exagérons pas. Sinon autant lancer tout de suite un concours de tour de poitrine chez les recruteuses ! Celle qui a le plus d’atouts fait signer le candidat ? Réduire l’ingénieur informatique a quelqu’un de facile à séduire et déstabiliser : peut être les jeunes fraichement sortis de l’école ? Mais l’informaticien est très souvent tout sauf un geek, avec une vie sociale, une femme et des enfants…

Mon job me passionne, je recrute des ingénieurs et des ingénieures sans qu’au final mon genre ait joué en quoi que ce soit… Mes candidats ont l’impression de parler d’égal à égal, que je sois un homme ou une femme, pas à quelqu’un ne comprenant rien à leur métier. Et ça, je pense que c’est le plus important !

Je ne joue pas non plus un numéro de charme aux candidates, mais peut être que je devrais finalement !?

@Jean-Baptiste et Ludwine, si je fais un T-Shirt, il sera bleu ! 🙂

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+

Publicités

Talents informatiques : où les chercher ?

Trouver un bon ingénieur Java/J2EE relève du parcours du combattant quand on travaille en société de services informatiques. Les job boards classiques et les annonces sont de moins en moins efficaces. Il faut être aujourd’hui capable de diversifier son sourcing et d’aller chasser sur les réseaux sociaux. Mais peu de personnes pensent aux forums et sites spécialisés qui fourmillent pourtant sur Internet.

Je vous donnerai ici quelques idées de sites sur lesquels effectuer vos recherches. Mais comme tout bon sourceur sur Internet, il est nécessaire de bien connaitre les booléens et autres paramètres des requêtes Google. Si ce n’est pas le cas, je vous invite à faire un petit tour sur le site Les Sourceurs.

Stack Exchange

D’après Wikipedia :

Stack Exchange est un réseau de sites de questions et réponses à édition collaborative, chacun traitant d’un thème particulier. Deux exemples sont les sites Stack Overflow, dont le thème est la programmation informatique, et Ask Ubuntu, dont le but est d’offrir des réponses aux problèmes rencontrés sur le système d’exploitation Ubuntu.
Les utilisateurs peuvent connecter leurs comptes entre les différents sites du réseau, et leur expérience se traduit par l’attribution de points de « karma » et de badges, sortes de récompenses délivrées selon certaines conditions.

Je rajouterai qu’un système de réputation permet de noter les contributeurs. Par exemple, une réponse à une question acceptée par son auteur rapporte 50 points. A partir de 500 points, vous pouvez considérer une personne comme experte. Les questions et les débats sur les meilleures réponses sont souvent ardus ! Les scores peuvent aller très haut et il y une compétition entre les meilleurs. L’idéal pour un recruteur recherchant un vrai talent !
Sont répertoriés sur cette page tous les sites basés sur Stack Exchange, vous pouvez les afficher par thème.

Créez votre compte StackExchange (donc valable sur tous les sites affiliés) à partir de la page ouverte précédemment :

LoginStackExchange

Une fois connecté et en allant sur l’onglet « User » du Stack qui vous intéresse (par exemple Stackoverflow), vous avez accès à la liste des membres :

UserSearchStackOverFlow

Voici à quoi correspond un profil réputé et bien renseigné :

UserStackOverFlow

L’outil de recherche est vraiment basique et pas très évolué. Essayons donc de passer par une requête Google. Pour cela, remarquez l’URL « stackoverflow.com/users/ », la « location » et le descriptif. Partons sans plus attendre à la recherche d’ingénieurs Java/J2EE sur la technopole de Sophia Antipolis :

GoogleStackOverFlow

Il ne faut pas hésiter à rechercher large, tout le monde ne remplit pas son profil. Donc si vous cherchez sur une région spécifique, il va falloir chercher sur toutes les villes alentours. Au niveau techno, préférez chercher sur Java plutôt que J2EE.

Developpez.com

Un forum informatique généraliste très connu en France : developpez.com. Vous y trouverez beaucoup de débutants mais aussi des membres et modérateurs experts dans leur domaine. Le forum est organisé par catégories, sous-catégories et sous-sous-catégories. Rien qu’en Java, le choix est vaste, recherchez donc au bon endroit !

DeveloppezForumJava

Prenons quelques discussions au hasard pour trouver des membres experts (notez le fil d’Ariane en haut si vous vous perdez dans les sous forums) :

DiscussionConfirmé

ou

DeveloppezDiscussionModerateur

Le rang des utilisateurs et le système de points étant parfois obscurs, je vous renvoie vers la page du forum explicitant tout cela.
Une fois votre cible identifiée, le plus simple est d’envoyer un message privé ou « MP » dans le jargon des forums afin de prendre contact. Je tiens quand même à vous prévenir que les SSII n’ont pas une bonne réputation sur ces forums.

En conclusion, il faut en sourcing sortir des sentiers battus et outils classiques. Si vous cherchez des talents, il faut les chasser là où ils sont. Et dans le cas des informaticiens (mais pas que !), on les retrouve sur les forums et sites spécialisés du web. Bon sourcing !

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+

 

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+

Comment bien choisir sa SSII ?

« Toutes les SSII se ressemblent ! »  Combien de fois un chargé de recrutement en SSII/ESN a entendu cette phrase… ? Personne ne m’a encore dit que je travaillais pour un « marchand de viande », mais je pense que cela finira bien par arriver un jour !

Si toutes les SSII sont identiques, sur quoi se base le choix du candidat : le salaire, la mission ? C’est assez réducteur : le Syntec comptait pas moins de 21 000 entreprises en 2012 ! Dès lors quels sont les autres critères pour faire son choix et les questions à poser en entretien d’embauche ? Je vais essayer d’en lister ici les principaux, en vous donnant des conseils pour les obtenir et les mesurer.

 

La présence commerciale et la solidité d’une société de services sont des critères importants.

Taille et ancienneté

Pas de miracles, plus la société est importante et ancienne, plus elle a de chances d’être solide. Les petites structures sont nombreuses à fermer à la fin de la première année faute de clients… Ceci dit, une petite SSII de quelques personnes peut très bien être solide si elle travaille sur un marché de niche.

Plus la société est ancienne et plus elle communique sur ces chiffres mais si on ne vous donne pas ces informations, demandez-les sans hésiter : taille du groupe, de l’agence et l’ancienneté. Ce sont des éléments facilement comparables entre différentes sociétés.

Portefeuille clients

Plus un portefeuille de clients est étoffé, plus le panel de missions est large pour le consultant et plus celui-ci a de chance de retrouver rapidement une mission lorsqu’il est en intercontrat. La diversité permet de ne pas subir de plein fouet le marché quand certains clients ont des restrictions de budget.

En général, les SSII ne se font pas prier pour lister les entreprises avec lesquelles elles travaillent. Reste à bien faire la différence entre un client « actif » et un client ouvert il y a quelques années sans consultants y travaillant. Demandez tout simplement sur quels projets travaillent les consultants de la société de services chez ce client.

Référencement

Une société de service reçoit des appels d’offre pour des postes à pourvoir quand elle est référencée auprès de son client. Plus une société est importante, mieux elle est référencée. Pour certains clients il faut un référencement national, ce qui exclut toutes les petites structures. Chez un même client et selon les départements/services ce ne sont pas forcément les mêmes SSII qui sont référencées. En général, ce sont les grosses SSII qui travaillent avec ces grands comptes. Mais il est possible pour de petites sociétés de placer ponctuellement des consultants en passant par un intermédiaire mieux référencé. Pour faire simple vous êtes sous traitant d’un sous traitant …

L’honnêteté n’est pas toujours au rendez vous sur les référencements. Faites donc preuve de bon sens : une petite structure familiale vous proposant un poste dans une grande entreprise est plutôt louche ! Insistez pour savoir combien de personnes de la société travaillent chez les 2 ou 3 principaux clients que l’on vous aura présentés et dans combien d’équipes différentes. Vous aurez ainsi un bon aperçu.

bureau

 

Les aspects « humains » sont toujours vantés en entretien, comment décrypter la politique RH :

Hiérarchie

Qui est au dessus de vous ? Existent-ils des départements commerciaux (pour les grosses structures), pouvez vous en changer facilement ? Qui se charge de votre entretien annuel ?
Si vous êtes en régie/assistance technique, votre référent est votre ingénieur commercial et/ou un consultant expérimenté de la même société qui sert de relais. Plus la chaine hiérarchique est courte entre le consultant et le directeur d’agence, plus la réactivité et la remontée d’information est aisée. Idem quand il s’agira de négocier une augmentation, vos arguments ne se dilueront pas à chaque couche hiérarchique.
Si vous êtes au forfait, vous dépendrez probablement d’un chef de projet en interne qui réfère ensuite au commercial.

Suivi et écoute

« Nous sommes une société à taille humaine, tout le monde se connait, vous serez écouté et suivi régulièrement ». Derrière ces belles paroles se cachent le plus souvent une autre réalité, notamment pour les consultants en assistance technique : vous voyez votre ingénieur commercial le jour où il vous place sur la mission puis une fois par an à l’entretien annuel. Je caricature un peu mais parfois certaines SSII n’en sont pas loin.

Il faut dans ce cas demander du concret : la fréquence des points avec le référent, le client. Est-ce un moment formalisé ou un entretien fait à la va vite à la machine à café ? L’ingénieur commercial se déplace-t-il souvent chez le client ? Nul doute que si celui-ci gère une vingtaine de clients à lui tout seul, il aura beaucoup de mal à se rendre disponible auprès des consultants… Faites un ratio nombre de consultants par le nombre de commerciaux pour comparer.

Evolution de carrière et formation

Toutes les sociétés vous diront que chez eux vous pourrez monter en responsabilité, évoluer et changer de mission facilement. Encore une fois, il va vous falloir du concret pour vous faire une opinion.

Demander quelle est la durée moyenne des missions, quelles sont les modalités pour changer de mission et après combien de temps. Votre montée en grade dépend elle d’opportunités chez le client ? Si vous êtes au forfait ou dans un centre de service chez le client, tout est possible. Par contre méfiez vous si vous travaillez directement dans une équipe du client, les chefs de projets ne sont jamais des sous traitants !

Gestion des intercontrats

L’intercontrat, est toujours une situation délicate à gérer pour un consultant. Il y a vraiment de tout : de la société conciliante qui garde la personne dans ses locaux avec des projets internes à réaliser en passant par la SSII qui va tout faire pour que vous démissionniez. Dans ce dernier cas, tous les moyens sont bons : pression/culpabilité de ne plus être en mission, clause de mobilité, projets internes inintéressants…

Là aussi renseignez vous, quelles sont les moyens mis en œuvre pour vous retrouver une mission ? Combien y a-t-il actuellement de personnes en intercontrat, ou se déroule l’intercontrat ? Si une société n’a pas de locaux pour garder ses intercontrats, méfiez vous. La réputation de chaque SSII est en général connue, mais encore faut il avoir des connaissances expérimentées quand on est jeune diplômé.

Organisation d’événements

Une société qui vante son intégration modèle organise forcément des événements. Cela peut être des réunions d’agence, des réunions techniques entre consultants, des repas, des événements à thème…

Rien n’est plus simple que de demander ce qui a été organisé sur la dernière année !

Consultants

 

Les candidats me citent très souvent la mission en premier critère de choix avant de se baser au final sur le salaire. Tout travail mérite salaire et il est facile de prendre la grosse tête quand on est très sollicité.

La mission

Il y a autant de missions idéales que de consultants. Méfiez vous de celui qui vous vend la mission « parfaite » alors que vous n’avez pas échangé plus de 5 minutes au téléphone. Il est toujours facile d’enjoliver le poste pour faire signer la personne, l’exemple typique : la composante management qui fait rêver beaucoup d’ingénieurs. La désillusion devant la réalité n’en est que plus grande.

Si c’est une mission en assistance technique et que vous passez un entretien client, vous aurez à ce moment là le vrai descriptif de poste. A vous de voir la différence entre ce qui a été vendu et la réalité. Demandez à parler à d’autres consultants travaillant dans l’équipe ou chez le même client.

Le salaire

Quand on parle salaire en SSII tout est possible : brut, net, mensuel, annuel, avec avantages, sans avantages…

C’est le critère sur lequel on a le plus de surprises, même si le candidat est extrêmement vigilant. Demandez une trace écrite de la proposition salariale en séparant le salaire des avantages. Très souvent les deux sont inclus (on parle de global) et certains avantages sont exagérés (participation, indemnités kilométriques, primes…). Ces derniers ne sont d’ailleurs pas toujours mensualisés, comme la participation et encore, si vous avez un minimum d’ancienneté dans l’entreprise. Même raisonnement pour la prime Syntec 1% (la fameuse « prime vacances ») qui est très souvent incluse dans le salaire. Les frais de repas ne sont plus légaux, la France manque d’argent et l’URSSAF a décidé depuis un an de s’attaquer à cette forme de salaire déguisé. On devrait donc vous proposer des tickets restaurants.

salaire

 

Dès lors comment choisir en bonne intelligence ?

Tout d’abord, définissez bien vos critères, hiérarchisez-les et comparez-les entre les sociétés. Visez-vous la sécurité et une évolution sur le long terme ou au contraire êtes-vous prêt à changer de missions et de sociétés régulièrement ? Vous sentez vous épanoui lorsque votre entourage est à votre écoute ou préférez vous l’autonomie ? En général, plus l’entreprise est solide et le poste sûr, plus le salaire est bas. A l’inverse, si vous faites flamber votre salaire, attendez-vous à vous retrouver sur un siège éjectable en cas d’intercontrat.

 

En conclusion, bien choisir sa SSII est plus que compliqué ! Certains acteurs du recrutement n’hésitent pas à mentir, à enjoliver ou taire les choses. A vous de poser les bonnes questions (pas toutes en même temps non plus) et vous faire votre propre opinion en fonction de vos critères. Mais au final, le feeling joue un rôle tout aussi important !

 

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+