Les 5 bonnes résolutions du développeur pour 2016

Les fêtes de fin d’année sont maintenant derrière et une nouvelle année commence avec comme toujours son lot de bonnes résolutions !

Rassurez-vous, je ne vais pas vous demander de vous mettre au sport, arrêter de fumer ou (complètement irréalisable !) expliquer votre job de développeur à votre grand-mère. Pas de remontage de bretelle sur votre travail, la documentation de votre code ou votre investissement dans les activités de votre société.

Non, nous allons voir ensemble comment améliorer votre employabilité et soigner votre image…

Retrouvez la suite de l’article sur le blog JobProd !

5Resolution2016

Développeurs, pourquoi les recruteurs IT ne comprennent rien à votre métier ?

Voila un sujet abordé d’innombrables fois à la machine à café par les consultants.

En effet, qui n’a jamais passé d’entretien avec une SSII ESN ou un cabinet de recrutement en se demandant à la sortie quels étaient les buts des questions posées et si le message était bien passé. Mais pourquoi ?

En fait les raisons sont assez simples !

Imaginez-vous, dès la sortie de votre diplôme ou même pendant votre alternance, jeté en pâture en entretien face à des ingénieurs expérimentés qui connaissent le milieu informatique et les SSII…

Retrouvez la suite sur le blog JobProd !

jobprod !

Que faire à la fin de son stage dans l’IT ?

Aujourd’hui, les nouveaux diplômés en informatique (toutes filières confondues) trouvent « facilement » un emploi : les Bac+5 sont 85% à trouver en moins d’un an à 90% en CDI (Etude Apec). Beaucoup moins naïfs et conscients de leur valeur, ils font monter les enchères et deviennent de plus en plus exigeants sur les projets. Et dans une période où le taux de chômage dépasse les 10%, ils font vraiment figure d’exception !

Bref, avec un profil dans les technos du moment, ils ont toutes les chances d’être harcelés très courtisés et surtout par les SSII/ESN ! Une majorité de jeunes diplômés se voit proposer un contrat dans l’entreprise de leur stage.

FindAndHireYou

Mais sachez que plusieurs options s’offrent à vous, que nous allons détailler (je ne prétends pas être exhaustif !) :

  • Continuer ses études
  • Chercher son premierjob
    • en restant dans la société de son stage/alternance
    • en cherchant une nouvelle société
    • en partant à l’étranger
  • Prendre des congés sabbatiques (oui oui, on a le droit de décompresser et de réfléchir après plusieurs années de cours, de stages et d’examens !)

comment-faire-un-choix-important

Vous continuez vos études !

La plupart opte pour une spécialisation avec un deuxième diplôme (Master ou MBA) technique mais surtout en management et gestion de projet.

Avoir une double casquette ou se spécialiser dans un domaine est positif. Il faut cependant bien faire attention à ne pas s’enfermer dans un secteur de niche, auquel cas il vous faudra partir pour la capitale !

Si la gestion de projet vous fait rêver, ne croyez pas encadrer et piloter une équipe à la sortie, loin de là ! Vous allez plutôt vous retrouvez sur des postes de PMO, fonctionnel ou de coordination de projet et sans encadrement. Revenir à la technique sera également compliqué à vendre, sachant que ce n’était pas votre premier choix et que vous avez passé une année sans faire une seule ligne de code… Comme il est plus facile de passer de la technique à la gestion de projet, la concurrence est plus nombreuse et les expérimentés seront avantagés.

En vous lançant à l’assaut d’une thèse, vous partez pour 3 ans avec la possibilité de continuer en labo sur un CDD. Mais souvent les entreprises n’aiment pas beaucoup les thésards qui sont trop « scientifiques », R&D ou éloignés de l’organisation, du fonctionnement et des problématiques d’un groupe ou d’une PME.

should-i-start-bo48ar

Vous cherchez votre premier job !

Peut-être n’avez-vous pas à aller bien loin : un appel du pied de votre tuteur ou déjà une proposition de contrat avant la fin de l’été ? Si c’est la boite de vos rêves ou des conditions en or, l’hésitation ne sera pas bien longue.

Mais mieux vaut « comparer » ! En effet, votre société sortira les violons : on vous a fait confiance et former, vous connaissez bien la société et (je l’espère pour vous) tout s’est bien passé. Elle en « profitera » par la même occasion pour ne pas négocier le salaire ou le projet (mais ce n’est pas systématique non plus !) puisque vous pouvez avoir confiance. Et plutôt que de prendre la continuité de son alternance ou stage, pourquoi ne pas se faire une nouvelle expérience et étoffer son CV ? Se servir de la proposition d’un concurrent ne fera pas non plus de vous le vilain stagiaire mercenaire de la boite !

Etant jeunes dip, la part de chance de travailler pour une SSII/ESN est plus qu’importante. Pour comparer, je vous invite à (re)lire ce billet sur le choix de sa société de services. Mais peut-être avez-vous la fibre entrepreneuriale ou l’envie de tenter l’aventure en start-up ? Dans ce dernier cas, mettre votre CV sur Monster ne sera pas suffisant. Si vous ne voyez pas comment faire, cet autre billet vous aidera à sortir des job boards.

Partir à l’étranger est également un excellent moyen de valoriser son CV. Sans être insurmontables, les embûches sont nombreuses pour trouver un emploi à distance ou décrocher une autorisation de travail. Renseignez-vous au plus tôt !

jobsearch

Vous soufflez avec un congé sabbatique !

Avouez-le, cela vous a sûrement traversé l’esprit. Mais ATTENTION, cela peut s’avérer très risqué ! Surtout si votre stage ne s’est pas avéré une réussite : vous avez fait du test et de la validation alors que l’on vous avait vendu du dev web…!

Un séjour à l’étranger pour améliorer votre anglais est appréciable, mais pas forcément le job d’appoint que vous avez pu trouver. Au-delà d’un an sans pratique, remettre les mains dans le code risque d’être compliqué et difficilement « vendable ». Et pour peu que vous arriviez en même temps sur le marché du travail que la promo qui vous suivez, la bataille est perdue d’avance…

L’idéal est de ne pas prendre plus de 6 mois pour revenir en début d’année, tout en gardant la main avec des projets perso visibles (une appli mobile sur un store, un site web…). Tous les débutants ayant été embauchés avant la fin de l’année et par rapport à ceux restants, vous pourrez facilement vous mettre en avant et convaincre !

congessabbatique

Vous avez déjà fait votre choix ? Votre premier job conditionnera grandement votre expérience à venir et difficile ensuite d’enlever l’étiquette qui vous colle au front. Mais il n’est peut être pas trop tard, et pensez à rester discret !

Qui a dit que trouver un emploi dans l’IT était « facile » !? 😉

Découvrez ChooseYourBoss, un site d’emploi IT qui renverse les rôles !

Je vous propose aujourd’hui une présentation du site Choose Your Boss, spécialisé dans l’emploi informatique. Une fois n’est pas coutume, ce sera sous la forme d’une interview et Virginie Perrot a accepté de jouer le jeu !
L’interview est en 2 parties : l’une pour les candidats et la deuxième pour les recruteurs, chacun n’ayant, bien entendu, pas les mêmes intérêts.

 

Bonjour Virginie, tu es membre assidue des #ApéroRH niçois mais aussi responsable PACA Est de la commercialisation des sites de recrutement de Figaro Classifieds. Tu t’occupes donc du site de recrutement IT ChooseYourBoss, de quoi s’agit-il ?

ChooseYourBoss est un site de rencontres pour l’emploi dédié aux profils IT ! Ces candidats ont aujourd’hui le sentiment d’être harcelés par les recruteurs, les offres qu’ils reçoivent sont souvent peu ciblées et ils ne savent pas toujours où chercher leur nouveau challenge professionnel. Les recruteurs sont confrontés à la problématique « plus de postes que de candidats » et ont beaucoup de difficultés à recruter certaines compétences IT.
Partis de ce constat, nous avons développé une techno de matching innovante permettant une mise en relation 100% ciblée entre candidats et recruteurs. Le candidat est libre d’accepter ou de refuser de lever son anonymat suite à une demande d’un recruteur.
 

Pour les candidats

Bd-chooseyourboss

Pour beaucoup d’informaticiens, les sites comme Monster, RégionsJob ou l’Apec sont des références. Quelle différence avec un jobboard ?

Compte tenu du marché IT, notre approche est inversée, ce sont les recruteurs qui viennent déposer leurs offres et chercher les candidats (en leur proposant des mises en relation). Nos talents IT définissent des critères d’intérêts (compétences, salaire et type de société) et nous leurs proposerons les opportunités en adéquation.
Enfin, afin de garantir des offres de qualité, chacune d’elles sont qualifiées et validées préalablement par des ingénieurs informatiques.
 

Quels sont les critères et filtres de recherche à la disposition des candidats ?

Les critères sont la localisation, le type de société, l’effectif, le salaire et les compétences IT.
 

Comment fonctionne le matching entre les profils et les offres, puis-je faire confiance à l’outil ?

Un score de compatibilité entre candidats et recruteurs est calculé à partir d’un algorithme que nous avons développé nous-même. Celui-ci se base sur les critères que le candidat a rempli dans son espace. L’outil est performant et nous faisons évoluer notre algorithme en fonction de nos retours utilisateurs.
 
matching
 

Est-ce simple à utiliser ? Peut-on créer son CV en l’important d’un profil Linkedin, Viadeo ou DoYouBuzz ?

Plusieurs options, d’abord se créer un compte classique qui est le mode le plus utilisé (+70% des inscrits), en effet bien souvent pour « se cacher des recruteurs » ces personnes n’ont pas de profil Linkedin/Viadeo… Pour les autres, la création de compte via LinkedIn et Viadeo leur permettent de gagner du temps grâce à un profil pré-rempli. Ils peuvent également passer par Google, Twitter ou Github pour s’inscrire. ChooseYourBoss ne publiera jamais de messages sur les réseaux sociaux en leur nom et leur profil reste anonyme !
 

Quels types d’entreprises et d’offres trouve-t-on ? Et la province ?

ChooseYourBoss c’est aujourd’hui plus de 28 000 candidats, 2 300 recruteurs et 28 400 matching ! La province représente 60% des candidats.

 

Pour les recruteurs

ChooseYourBoss arrive dans un environnement très concurrentiel, comment comptes-tu te démarquer ?

Nous disposons d’une base de profils uniques en son genre que nous travaillons continuellement pour qu’elle réponde aux attentes des recruteurs. Aujourd’hui nos retours clients sont très bons, de nombreux recrutements ont étés réalisés depuis ChooseYourBoss. Nous avons plusieurs cabinets de recrutements qui utilisent l’outil pour sourcer des talents IT pour leurs clients.
Pour convaincre les sceptiques, le mieux c’est d’essayer de publier une offre d’emploi gratuitement grâce à notre Pack-Free.
 

Quelle est le profil type du candidat sur ChooseYourBoss ?
Chiffres_repartition
 

Quels sont les premiers résultats et chiffres ?

ChooseYourBoss c’est aujourd’hui plus de 28 000 candidats, 2 300 recruteurs et 29 000 matching !
 

Le candidat qui reprend la main dans le process de recrutement, c’est une philosophie qui peut gêner certains recruteurs et responsables RH. Que leur dirais-tu ?

Il s’agit de profils très demandés et dans ce contexte pas facile à approcher, c’est ce que notre solution propose. Cependant une chose est sûre, le recruteur aura toujours le dernier mot.
 

ChooseYourBoss, Monkey tie : le recrutement par matching a le vent en poupe ces derniers mois ! Les outils de recrutement innovent et évoluent, ton avis ?

En effet, ils évoluent et tendent vers un service de plus en plus personnalisé qui amène la bonne information au bon interlocuteur (aussi bien coté recruteur que candidat).

 

Merci à toi Virginie et bonne découverte de Choose Your Boss à tous !

Candidats IT : faites un effort !

Chers candidats, si vous ne faites pas d’effort dans votre recherche d’emploi, ne vous attendez pas à des miracles !
Beaucoup rêvent d’un grand groupe et se plaignent des SSII : « harcèlement » téléphonique, aucune considération ou elles « verrouillent le marché ». Mais pourquoi ? Tout simplement parce que la majeure partie des candidats se contente du strict minimum, c’est-à-dire mettre son CV sur Monster et attendre…

Vous l’aurez compris, j’ai décidé aujourd’hui de pousser un coup de gueule sur les méthodes utilisées par les informaticiens dans leur recherche d’emploi. Je ne vous jette pas la pierre puisque je suis aussi passé par là ! C’est vrai que la conjoncture s’y prête avec la pénurie d’ingénieurs en informatique. Mais si vous souhaitez vous faire embaucher par un client final, grande ou petite société, vous vous trompez complètement de cible en mettant votre CV sur un jobboard

RechercheSocieteIdeale

Le grand classique de discussion à la machine à café avec les collègues : « J’ai reçu 20 appels aujourd’hui après avoir mis mon CV sur Monster, et que des SSII ! »

Et oui ! Toutes les SSII sont sur Monster et autres jobboards. Après quelques années à parfaire votre parcours et vos compétences en SSII, ce n’est pas sur ce canal que vous allez toucher l’entreprise de vos rêves. Cela va être dur à accepter, pour vous, qui postulez sur les sites de recrutement en ligne depuis votre stage de fin d’étude. Tout un processus de candidature à revoir… Il est sûr que le rapport temps passé/nombre de contacts est maximisé sur ces sites. Mais la tentation de la facilité vous cache tout un pan du marché de l’emploi informatique.

Grandes entreprises ou startups, elles ne sont pas (ou peu) sur ce mode de recrutement. Pour les premières, leur renommée fait qu’elles brassent de nombreuses candidatures spontanées tout au long de l’année. Pour les secondes, mis à part l’Apec qui est gratuit, elles n’ont pas les moyens ou le temps de s’y consacrer. Bref vous l’aurez compris, il faut revoir votre stratégie et surtout s’investir ! Mais que faire et comment ?

Paersse

 

#1 Ne plus mettre son CV sur les jobboards

Ou alors précisez clairement quel type de société vous visez dans votre CV. Facile à mettre en œuvre, je ne m’y attarderai pas plus longtemps.

 

#2 Ciblez vos candidatures spontanées

C’est là que cela se complique, vous ne serez pas le seul à postuler ! Il va falloir travailler à rechercher les entreprises qui recrutent et surtout faire l’effort de personnaliser votre candidature. Par personnalisation, j’entends :

  • un CV adapté au poste et à la société en mettant en valeur les bonnes expériences et compétences
  • une lettre de motivation unique et non un modèle que vous adaptez avec 2-3 copier/coller du site carrière

Ne cherchez pas forcément l’originalité. Je garde le souvenir d’une jeune candidate, en octobre dernier lors de #rmsconf, qui a présenté à un parterre de recruteurs ses mésaventures lors de sa recherche d’emploi. Pour se démarquer, elle avait mis son CV sous forme de ruban adhésif. L’idée est louable et originale en soi. Passé l’empathie sur son parcours du combattant, la réaction ne s’est pas fait attendre en live tweet de la conférence :

LiveTweetCVScotch

 

#3 Resauter pour vous faire connaitre et être coopter

La moitié des emplois ne donne pas lieu à la diffusion d’une annonce et 25% des embauches sont des cooptations. Devant cette réalité, vous n’avez pas le choix : il vous faudra mouiller la chemise pour sortir de votre sphère professionnelle habituelle et améliorer votre personal branding.

Il y a  les réseaux sociaux comme Linkedin, Viadeo ou Twitter pour se faire un nom. Sans avoir la prétention de devenir un influenceur, vous avez la possibilité de vous vendre, pour quelques efforts au quotidien :

  • Participer aux discussions de groupes
  • Poster et diffuser du contenu de qualité sur l’un de vos domaines d’expertise
  • Se mettre en relation avec des personnes que vous ne pourriez pas rencontrer physiquement

Bien sûr, les rencontres IRL jouent un rôle prépondérant. Rien que dans l’informatique et en prenant l’exemple de Sophia Antipolis, vous avez l’embarras du choix (ce n’est pas une liste exhaustive, loin de là !) :

  • Passionné de robotique, rejoignez le PoBot
  • La gestion de projet est votre objectif, inscrivez vous au Meetup Agile Sophia
  • Vous ne jurez que par le langage Java, participez aux réunions de la Riviera JUG

Ce sera l’occasion pour vous d’étendre votre réseau de connaissance et d’approcher les meilleurs qui sont en général écoutés et reconnus dans leur entreprise. Vous avez tout à y gagner : apprendre en se faisant connaitre. Mais là encore, il faudra prendre sur votre temps personnel.

PetiFourNetworking

 

En conclusion et vous l’aurez bien compris, dans votre recherche d’emploi comme ailleurs, on n’a rien sans rien ! Une embauche dans LA société idéale à vos yeux, ça se mérite : personnalisation de la candidature, networking et cooptation. Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer !?

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+

Connectez-vous aux recruteurs sur les réseaux sociaux !

En recherche d’emploi ou à l’écoute d’opportunités, être en relation sur les réseaux sociaux avec un recruteur ou un chasseur de tête vous permettra de court-circuiter le processus de recrutement classique. Vous serez bien au chaud dans son vivier et fini les candidatures aux offres d’emploi, la sélection sur lettre de motivation et CV etc… (enfin presque !).

Encore faut-il savoir se connecter intelligemment sans passer pour le mercenaire ou le spammeur de votre secteur.

En effet, rien n’est plus exaspérant sur les réseaux sociaux que de recevoir des demandes de mise en relation de personnes que l’on ne connait pas et sans aucun message d’explication. Ce n’est pas parce que je suis recruteur que je dois forcément accepter votre demande ni que vous me faites l’honneur de vous ajouter à mon vivier de candidats, et ce quelles que soient vos compétences et vos talents ! Voici quelques règles simples à mettre en place.

connexion

 

A chaque réseau social ses spécificités…

Pour beaucoup, Facebook est estampillé « perso », que l’on soit recruteur ou candidat. Les mentalités et les pratiques évolueront surement dans l’avenir mais aujourd’hui les recruteurs ne sont pas prêts à accepter leurs candidats en « ami ».
Privilégiez donc les comptes et pages officielles des sociétés, qui sont bien plus adaptés.

Sur Twitter, vérifiez dans un premier temps les tweets : si leur orientation est « pro », lancez-vous ! Le recruteur appréciera surement que le candidat s’intéresse à ce qu’il fait. Interagissez ensuite à bon escient : pertinence et modération. Mieux vaudra intervenir qualitativement que quantitativement, un conseil valable en permanence en milieu professionnel.
Mais sachez que le recrutement sur Twitter est encore aujourd’hui très marginal. Ce n’est pas sur ce réseau que vous maximisez vos chances d’être remarqué et embauché à terme. Cependant, un recruteur 2.0 aguerri ne pourra qu’apprécier vos efforts.

FacebookVsTwitter

 

Sur Linkedin et Viadeo, vous êtes au bon endroit !

Deux approches sont possibles :

Indirecte : il s’agit de vous faire remarquer par le recruteur afin qu’il vous ajoute à son réseau. Vous serez par la suite en position de force (relative) car la demande ne vient pas de vous. Quatre options :

  • Amener le recruteur à visiter votre profil. Les grands classiques : votre profil doit être au complet avec les bons mots clés et recommandations. Votre réseau doit également être étendu. Vous ressortirez ainsi plus facilement en tête des recherches et maximiserez vos chances d’être repéré.
  • Aimer, partager ou commenter les interventions du recruteur ciblé dans les groupes qu’il fréquente. S’il est préférable de s’abstenir sur ses groupes de veille (tout ce qui touche aux RH), n’hésitez pas dans les groupes dédiés à l’emploi. Un commentaire remerciant de la pertinence de l’article ou qui enrichit le débat fera son effet !
  • Etre actif et vous mettre en avant dans les groupes d’emploi fréquentés par les recruteurs. Par exemple : un article pertinent de votre blog ou une analyse intéressante d’un article du web. Essayez également de vous faire remarquer par le partage ou le like de vos publications par des connaissances communes. Vous apparaitrez dans son fil d’actualité.
  • Faites vous introduire par une connaissance commune dans vos réseaux. Il faudra que votre intermédiaire « soit respectable » et qu’il ait déjà été en contact positivement avec le recruteur. Sinon, votre demande risque d’être tout bonnement ignorée.

Directe : c’est vous qui aller chercher la mise en relation. Vous n’êtes donc pas en position (effective) de force. Comme beaucoup de recruteurs, je reçois nombre de connexions par semaine.

Si vous voulez sortir de la masse, ne vous contentez pas du message par défaut et personnalisez votre demande. Il vous faut expliquer pourquoi vous souhaitez être mis en relation. Par exemple : un message posté par le recruteur qui vous a plu, des offres d’emplois intéressantes consultées sur le site Internet de la société ou tout simplement le fait d’être ouvert à de nouvelles opportunités. Le message étant limité en nombre de caractères, n’oubliez pas le fond et la forme en allant droit au but !

linkedin

 

En conclusion, peu importe le moyen que vous utilisiez pour vous connecter à un recruteur, tout ne s’arrête pas à la mise en relation. Exister et montrer son expertise à ses futurs et potentiels employeurs doit faire partie du travail quotidien sur sa marque personnelle. Il vous faudra continuer à interagir dans la durée, sans quoi vous ne deviendrez qu’un contact parmi (beaucoup) d’autres… Bonne connexion chasse aux recruteurs/chasseurs de tête !

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+

Avez vous testé les générateurs de lettre de motivation ?

Exercice redouté de tous candidats, la lettre de motivation reste encore aujourd’hui une obligation. Les emails de motivation gagnent certes du terrain (voir mon précédent article : Rédiger un email de motivation : tout un art ? ou celui de Jean-Christophe Anna : La lettre de motivation ne sert à rien), mais pour certaines entreprises la lettre est encore un élément nécessaire dans le process de recrutement.

Quel est son objectif ?
– Donner des informations qui ne figurent pas sur le CV
– Mettre en avant son intérêt pour l’entreprise et le poste
– Donner ses qualités et sa valeur ajoutée
– Montrer que l’on maitrise la langue de Molière et la mise en page Word

Et la réalité ? (forcément « un peu » exagérée)
– Aucune information supplémentaire digne d’intérêt
– Pas de personnalisation du message sur l’entreprise et le poste
– Une présentation des atouts qui ne convainc pas
– Une mise en page approximative, avec parfois 3-4 fautes d’orthographe par ligne

 

Chers candidats, soit vous prenez le temps de faire votre lettre avec le plus grand soin en la personnalisant, soit vous faites le minimum avec un générateur de lettre de motivation. Et justement, j’en ai testé quelques uns pour vous !

 

Motivator

Dernier en date sur le web, Motivator propose une interface épurée allant à l’essentiel. Au niveau des expériences, 2 postes peuvent être saisis avec les « enseignements » retenus. En ce qui concerne les qualités, le choix est succinct mais on retrouve les principales.

Motivator_Saisie

Vous recevez dans la boite mentionnée votre lettre au format Word, plus pratique à modifier et personnaliser si nécessaire.

Motivator_Lettre

Mon avis est mitigé car des informations sur les sociétés ont été cherchées sur le web mais le rendu est approximatif. Voilà tout du moins une base de départ ! A noter que le contenu est censé varier, donc n’hésitez pas à en générer plusieurs et garder la meilleure.

 

RapideCV

Sur RapideCV, la saisie des informations se fait en plusieurs étapes. Vous avez à choisir le domaine métier de votre candidature (informatique par exemple). La lettre me parait plus pertinente que Motivator, bien qu’elle ne soit pas personnalisée avec des informations sur l’entreprise.

CVRapide_Lettre

Une fois la lettre générée, vous pouvez la modifier en ligne. En fonction du secteur choisi, plusieurs formulations sont possibles.

CVRapide_Modif

 

g-langue-de-bois

Pour Langue de bois, la saisie demande un peu plus de temps car le niveau de détails est un plus poussé.

LangueBois_Saisie

Une fois la lettre générée, il n’est plus possible de revenir en arrière pour effectuer des modifications.

LangueBois_Lettre

 

Lettre2Motivation

Une petite touche d’humour avec lettre2motivation, le résultat est plutôt surprenant :

Lettre2Motivation_Lettre

Les recruteurs n’ont pas tous le sens de l’humour, à éviter donc !

 

En conclusion, rien ne remplace quelques heures passées à écrire et enjoliver votre lettre de motivation. Mais ces générateurs peuvent être d’une grande aide quand on manque d’inspiration. Si vous en avez le temps, personnalisez votre message. Bonne génération rédaction !

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+