Candidats IT : faites un effort !

Chers candidats, si vous ne faites pas d’effort dans votre recherche d’emploi, ne vous attendez pas à des miracles !
Beaucoup rêvent d’un grand groupe et se plaignent des SSII : « harcèlement » téléphonique, aucune considération ou elles « verrouillent le marché ». Mais pourquoi ? Tout simplement parce que la majeure partie des candidats se contente du strict minimum, c’est-à-dire mettre son CV sur Monster et attendre…

Vous l’aurez compris, j’ai décidé aujourd’hui de pousser un coup de gueule sur les méthodes utilisées par les informaticiens dans leur recherche d’emploi. Je ne vous jette pas la pierre puisque je suis aussi passé par là ! C’est vrai que la conjoncture s’y prête avec la pénurie d’ingénieurs en informatique. Mais si vous souhaitez vous faire embaucher par un client final, grande ou petite société, vous vous trompez complètement de cible en mettant votre CV sur un jobboard

RechercheSocieteIdeale

Le grand classique de discussion à la machine à café avec les collègues : « J’ai reçu 20 appels aujourd’hui après avoir mis mon CV sur Monster, et que des SSII ! »

Et oui ! Toutes les SSII sont sur Monster et autres jobboards. Après quelques années à parfaire votre parcours et vos compétences en SSII, ce n’est pas sur ce canal que vous allez toucher l’entreprise de vos rêves. Cela va être dur à accepter, pour vous, qui postulez sur les sites de recrutement en ligne depuis votre stage de fin d’étude. Tout un processus de candidature à revoir… Il est sûr que le rapport temps passé/nombre de contacts est maximisé sur ces sites. Mais la tentation de la facilité vous cache tout un pan du marché de l’emploi informatique.

Grandes entreprises ou startups, elles ne sont pas (ou peu) sur ce mode de recrutement. Pour les premières, leur renommée fait qu’elles brassent de nombreuses candidatures spontanées tout au long de l’année. Pour les secondes, mis à part l’Apec qui est gratuit, elles n’ont pas les moyens ou le temps de s’y consacrer. Bref vous l’aurez compris, il faut revoir votre stratégie et surtout s’investir ! Mais que faire et comment ?

Paersse

 

#1 Ne plus mettre son CV sur les jobboards

Ou alors précisez clairement quel type de société vous visez dans votre CV. Facile à mettre en œuvre, je ne m’y attarderai pas plus longtemps.

 

#2 Ciblez vos candidatures spontanées

C’est là que cela se complique, vous ne serez pas le seul à postuler ! Il va falloir travailler à rechercher les entreprises qui recrutent et surtout faire l’effort de personnaliser votre candidature. Par personnalisation, j’entends :

  • un CV adapté au poste et à la société en mettant en valeur les bonnes expériences et compétences
  • une lettre de motivation unique et non un modèle que vous adaptez avec 2-3 copier/coller du site carrière

Ne cherchez pas forcément l’originalité. Je garde le souvenir d’une jeune candidate, en octobre dernier lors de #rmsconf, qui a présenté à un parterre de recruteurs ses mésaventures lors de sa recherche d’emploi. Pour se démarquer, elle avait mis son CV sous forme de ruban adhésif. L’idée est louable et originale en soi. Passé l’empathie sur son parcours du combattant, la réaction ne s’est pas fait attendre en live tweet de la conférence :

LiveTweetCVScotch

 

#3 Resauter pour vous faire connaitre et être coopter

La moitié des emplois ne donne pas lieu à la diffusion d’une annonce et 25% des embauches sont des cooptations. Devant cette réalité, vous n’avez pas le choix : il vous faudra mouiller la chemise pour sortir de votre sphère professionnelle habituelle et améliorer votre personal branding.

Il y a  les réseaux sociaux comme Linkedin, Viadeo ou Twitter pour se faire un nom. Sans avoir la prétention de devenir un influenceur, vous avez la possibilité de vous vendre, pour quelques efforts au quotidien :

  • Participer aux discussions de groupes
  • Poster et diffuser du contenu de qualité sur l’un de vos domaines d’expertise
  • Se mettre en relation avec des personnes que vous ne pourriez pas rencontrer physiquement

Bien sûr, les rencontres IRL jouent un rôle prépondérant. Rien que dans l’informatique et en prenant l’exemple de Sophia Antipolis, vous avez l’embarras du choix (ce n’est pas une liste exhaustive, loin de là !) :

  • Passionné de robotique, rejoignez le PoBot
  • La gestion de projet est votre objectif, inscrivez vous au Meetup Agile Sophia
  • Vous ne jurez que par le langage Java, participez aux réunions de la Riviera JUG

Ce sera l’occasion pour vous d’étendre votre réseau de connaissance et d’approcher les meilleurs qui sont en général écoutés et reconnus dans leur entreprise. Vous avez tout à y gagner : apprendre en se faisant connaitre. Mais là encore, il faudra prendre sur votre temps personnel.

PetiFourNetworking

 

En conclusion et vous l’aurez bien compris, dans votre recherche d’emploi comme ailleurs, on n’a rien sans rien ! Une embauche dans LA société idéale à vos yeux, ça se mérite : personnalisation de la candidature, networking et cooptation. Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer !?

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+

Publicités

Connectez-vous aux recruteurs sur les réseaux sociaux !

En recherche d’emploi ou à l’écoute d’opportunités, être en relation sur les réseaux sociaux avec un recruteur ou un chasseur de tête vous permettra de court-circuiter le processus de recrutement classique. Vous serez bien au chaud dans son vivier et fini les candidatures aux offres d’emploi, la sélection sur lettre de motivation et CV etc… (enfin presque !).

Encore faut-il savoir se connecter intelligemment sans passer pour le mercenaire ou le spammeur de votre secteur.

En effet, rien n’est plus exaspérant sur les réseaux sociaux que de recevoir des demandes de mise en relation de personnes que l’on ne connait pas et sans aucun message d’explication. Ce n’est pas parce que je suis recruteur que je dois forcément accepter votre demande ni que vous me faites l’honneur de vous ajouter à mon vivier de candidats, et ce quelles que soient vos compétences et vos talents ! Voici quelques règles simples à mettre en place.

connexion

 

A chaque réseau social ses spécificités…

Pour beaucoup, Facebook est estampillé « perso », que l’on soit recruteur ou candidat. Les mentalités et les pratiques évolueront surement dans l’avenir mais aujourd’hui les recruteurs ne sont pas prêts à accepter leurs candidats en « ami ».
Privilégiez donc les comptes et pages officielles des sociétés, qui sont bien plus adaptés.

Sur Twitter, vérifiez dans un premier temps les tweets : si leur orientation est « pro », lancez-vous ! Le recruteur appréciera surement que le candidat s’intéresse à ce qu’il fait. Interagissez ensuite à bon escient : pertinence et modération. Mieux vaudra intervenir qualitativement que quantitativement, un conseil valable en permanence en milieu professionnel.
Mais sachez que le recrutement sur Twitter est encore aujourd’hui très marginal. Ce n’est pas sur ce réseau que vous maximisez vos chances d’être remarqué et embauché à terme. Cependant, un recruteur 2.0 aguerri ne pourra qu’apprécier vos efforts.

FacebookVsTwitter

 

Sur Linkedin et Viadeo, vous êtes au bon endroit !

Deux approches sont possibles :

Indirecte : il s’agit de vous faire remarquer par le recruteur afin qu’il vous ajoute à son réseau. Vous serez par la suite en position de force (relative) car la demande ne vient pas de vous. Quatre options :

  • Amener le recruteur à visiter votre profil. Les grands classiques : votre profil doit être au complet avec les bons mots clés et recommandations. Votre réseau doit également être étendu. Vous ressortirez ainsi plus facilement en tête des recherches et maximiserez vos chances d’être repéré.
  • Aimer, partager ou commenter les interventions du recruteur ciblé dans les groupes qu’il fréquente. S’il est préférable de s’abstenir sur ses groupes de veille (tout ce qui touche aux RH), n’hésitez pas dans les groupes dédiés à l’emploi. Un commentaire remerciant de la pertinence de l’article ou qui enrichit le débat fera son effet !
  • Etre actif et vous mettre en avant dans les groupes d’emploi fréquentés par les recruteurs. Par exemple : un article pertinent de votre blog ou une analyse intéressante d’un article du web. Essayez également de vous faire remarquer par le partage ou le like de vos publications par des connaissances communes. Vous apparaitrez dans son fil d’actualité.
  • Faites vous introduire par une connaissance commune dans vos réseaux. Il faudra que votre intermédiaire « soit respectable » et qu’il ait déjà été en contact positivement avec le recruteur. Sinon, votre demande risque d’être tout bonnement ignorée.

Directe : c’est vous qui aller chercher la mise en relation. Vous n’êtes donc pas en position (effective) de force. Comme beaucoup de recruteurs, je reçois nombre de connexions par semaine.

Si vous voulez sortir de la masse, ne vous contentez pas du message par défaut et personnalisez votre demande. Il vous faut expliquer pourquoi vous souhaitez être mis en relation. Par exemple : un message posté par le recruteur qui vous a plu, des offres d’emplois intéressantes consultées sur le site Internet de la société ou tout simplement le fait d’être ouvert à de nouvelles opportunités. Le message étant limité en nombre de caractères, n’oubliez pas le fond et la forme en allant droit au but !

linkedin

 

En conclusion, peu importe le moyen que vous utilisiez pour vous connecter à un recruteur, tout ne s’arrête pas à la mise en relation. Exister et montrer son expertise à ses futurs et potentiels employeurs doit faire partie du travail quotidien sur sa marque personnelle. Il vous faudra continuer à interagir dans la durée, sans quoi vous ne deviendrez qu’un contact parmi (beaucoup) d’autres… Bonne connexion chasse aux recruteurs/chasseurs de tête !

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+