Que faire à la fin de son stage dans l’IT ?

Aujourd’hui, les nouveaux diplômés en informatique (toutes filières confondues) trouvent « facilement » un emploi : les Bac+5 sont 85% à trouver en moins d’un an à 90% en CDI (Etude Apec). Beaucoup moins naïfs et conscients de leur valeur, ils font monter les enchères et deviennent de plus en plus exigeants sur les projets. Et dans une période où le taux de chômage dépasse les 10%, ils font vraiment figure d’exception !

Bref, avec un profil dans les technos du moment, ils ont toutes les chances d’être harcelés très courtisés et surtout par les SSII/ESN ! Une majorité de jeunes diplômés se voit proposer un contrat dans l’entreprise de leur stage.

FindAndHireYou

Mais sachez que plusieurs options s’offrent à vous, que nous allons détailler (je ne prétends pas être exhaustif !) :

  • Continuer ses études
  • Chercher son premierjob
    • en restant dans la société de son stage/alternance
    • en cherchant une nouvelle société
    • en partant à l’étranger
  • Prendre des congés sabbatiques (oui oui, on a le droit de décompresser et de réfléchir après plusieurs années de cours, de stages et d’examens !)

comment-faire-un-choix-important

Vous continuez vos études !

La plupart opte pour une spécialisation avec un deuxième diplôme (Master ou MBA) technique mais surtout en management et gestion de projet.

Avoir une double casquette ou se spécialiser dans un domaine est positif. Il faut cependant bien faire attention à ne pas s’enfermer dans un secteur de niche, auquel cas il vous faudra partir pour la capitale !

Si la gestion de projet vous fait rêver, ne croyez pas encadrer et piloter une équipe à la sortie, loin de là ! Vous allez plutôt vous retrouvez sur des postes de PMO, fonctionnel ou de coordination de projet et sans encadrement. Revenir à la technique sera également compliqué à vendre, sachant que ce n’était pas votre premier choix et que vous avez passé une année sans faire une seule ligne de code… Comme il est plus facile de passer de la technique à la gestion de projet, la concurrence est plus nombreuse et les expérimentés seront avantagés.

En vous lançant à l’assaut d’une thèse, vous partez pour 3 ans avec la possibilité de continuer en labo sur un CDD. Mais souvent les entreprises n’aiment pas beaucoup les thésards qui sont trop « scientifiques », R&D ou éloignés de l’organisation, du fonctionnement et des problématiques d’un groupe ou d’une PME.

should-i-start-bo48ar

Vous cherchez votre premier job !

Peut-être n’avez-vous pas à aller bien loin : un appel du pied de votre tuteur ou déjà une proposition de contrat avant la fin de l’été ? Si c’est la boite de vos rêves ou des conditions en or, l’hésitation ne sera pas bien longue.

Mais mieux vaut « comparer » ! En effet, votre société sortira les violons : on vous a fait confiance et former, vous connaissez bien la société et (je l’espère pour vous) tout s’est bien passé. Elle en « profitera » par la même occasion pour ne pas négocier le salaire ou le projet (mais ce n’est pas systématique non plus !) puisque vous pouvez avoir confiance. Et plutôt que de prendre la continuité de son alternance ou stage, pourquoi ne pas se faire une nouvelle expérience et étoffer son CV ? Se servir de la proposition d’un concurrent ne fera pas non plus de vous le vilain stagiaire mercenaire de la boite !

Etant jeunes dip, la part de chance de travailler pour une SSII/ESN est plus qu’importante. Pour comparer, je vous invite à (re)lire ce billet sur le choix de sa société de services. Mais peut-être avez-vous la fibre entrepreneuriale ou l’envie de tenter l’aventure en start-up ? Dans ce dernier cas, mettre votre CV sur Monster ne sera pas suffisant. Si vous ne voyez pas comment faire, cet autre billet vous aidera à sortir des job boards.

Partir à l’étranger est également un excellent moyen de valoriser son CV. Sans être insurmontables, les embûches sont nombreuses pour trouver un emploi à distance ou décrocher une autorisation de travail. Renseignez-vous au plus tôt !

jobsearch

Vous soufflez avec un congé sabbatique !

Avouez-le, cela vous a sûrement traversé l’esprit. Mais ATTENTION, cela peut s’avérer très risqué ! Surtout si votre stage ne s’est pas avéré une réussite : vous avez fait du test et de la validation alors que l’on vous avait vendu du dev web…!

Un séjour à l’étranger pour améliorer votre anglais est appréciable, mais pas forcément le job d’appoint que vous avez pu trouver. Au-delà d’un an sans pratique, remettre les mains dans le code risque d’être compliqué et difficilement « vendable ». Et pour peu que vous arriviez en même temps sur le marché du travail que la promo qui vous suivez, la bataille est perdue d’avance…

L’idéal est de ne pas prendre plus de 6 mois pour revenir en début d’année, tout en gardant la main avec des projets perso visibles (une appli mobile sur un store, un site web…). Tous les débutants ayant été embauchés avant la fin de l’année et par rapport à ceux restants, vous pourrez facilement vous mettre en avant et convaincre !

congessabbatique

Vous avez déjà fait votre choix ? Votre premier job conditionnera grandement votre expérience à venir et difficile ensuite d’enlever l’étiquette qui vous colle au front. Mais il n’est peut être pas trop tard, et pensez à rester discret !

Qui a dit que trouver un emploi dans l’IT était « facile » !? 😉

Publicités

Candidats IT : faites un effort !

Chers candidats, si vous ne faites pas d’effort dans votre recherche d’emploi, ne vous attendez pas à des miracles !
Beaucoup rêvent d’un grand groupe et se plaignent des SSII : « harcèlement » téléphonique, aucune considération ou elles « verrouillent le marché ». Mais pourquoi ? Tout simplement parce que la majeure partie des candidats se contente du strict minimum, c’est-à-dire mettre son CV sur Monster et attendre…

Vous l’aurez compris, j’ai décidé aujourd’hui de pousser un coup de gueule sur les méthodes utilisées par les informaticiens dans leur recherche d’emploi. Je ne vous jette pas la pierre puisque je suis aussi passé par là ! C’est vrai que la conjoncture s’y prête avec la pénurie d’ingénieurs en informatique. Mais si vous souhaitez vous faire embaucher par un client final, grande ou petite société, vous vous trompez complètement de cible en mettant votre CV sur un jobboard

RechercheSocieteIdeale

Le grand classique de discussion à la machine à café avec les collègues : « J’ai reçu 20 appels aujourd’hui après avoir mis mon CV sur Monster, et que des SSII ! »

Et oui ! Toutes les SSII sont sur Monster et autres jobboards. Après quelques années à parfaire votre parcours et vos compétences en SSII, ce n’est pas sur ce canal que vous allez toucher l’entreprise de vos rêves. Cela va être dur à accepter, pour vous, qui postulez sur les sites de recrutement en ligne depuis votre stage de fin d’étude. Tout un processus de candidature à revoir… Il est sûr que le rapport temps passé/nombre de contacts est maximisé sur ces sites. Mais la tentation de la facilité vous cache tout un pan du marché de l’emploi informatique.

Grandes entreprises ou startups, elles ne sont pas (ou peu) sur ce mode de recrutement. Pour les premières, leur renommée fait qu’elles brassent de nombreuses candidatures spontanées tout au long de l’année. Pour les secondes, mis à part l’Apec qui est gratuit, elles n’ont pas les moyens ou le temps de s’y consacrer. Bref vous l’aurez compris, il faut revoir votre stratégie et surtout s’investir ! Mais que faire et comment ?

Paersse

 

#1 Ne plus mettre son CV sur les jobboards

Ou alors précisez clairement quel type de société vous visez dans votre CV. Facile à mettre en œuvre, je ne m’y attarderai pas plus longtemps.

 

#2 Ciblez vos candidatures spontanées

C’est là que cela se complique, vous ne serez pas le seul à postuler ! Il va falloir travailler à rechercher les entreprises qui recrutent et surtout faire l’effort de personnaliser votre candidature. Par personnalisation, j’entends :

  • un CV adapté au poste et à la société en mettant en valeur les bonnes expériences et compétences
  • une lettre de motivation unique et non un modèle que vous adaptez avec 2-3 copier/coller du site carrière

Ne cherchez pas forcément l’originalité. Je garde le souvenir d’une jeune candidate, en octobre dernier lors de #rmsconf, qui a présenté à un parterre de recruteurs ses mésaventures lors de sa recherche d’emploi. Pour se démarquer, elle avait mis son CV sous forme de ruban adhésif. L’idée est louable et originale en soi. Passé l’empathie sur son parcours du combattant, la réaction ne s’est pas fait attendre en live tweet de la conférence :

LiveTweetCVScotch

 

#3 Resauter pour vous faire connaitre et être coopter

La moitié des emplois ne donne pas lieu à la diffusion d’une annonce et 25% des embauches sont des cooptations. Devant cette réalité, vous n’avez pas le choix : il vous faudra mouiller la chemise pour sortir de votre sphère professionnelle habituelle et améliorer votre personal branding.

Il y a  les réseaux sociaux comme Linkedin, Viadeo ou Twitter pour se faire un nom. Sans avoir la prétention de devenir un influenceur, vous avez la possibilité de vous vendre, pour quelques efforts au quotidien :

  • Participer aux discussions de groupes
  • Poster et diffuser du contenu de qualité sur l’un de vos domaines d’expertise
  • Se mettre en relation avec des personnes que vous ne pourriez pas rencontrer physiquement

Bien sûr, les rencontres IRL jouent un rôle prépondérant. Rien que dans l’informatique et en prenant l’exemple de Sophia Antipolis, vous avez l’embarras du choix (ce n’est pas une liste exhaustive, loin de là !) :

  • Passionné de robotique, rejoignez le PoBot
  • La gestion de projet est votre objectif, inscrivez vous au Meetup Agile Sophia
  • Vous ne jurez que par le langage Java, participez aux réunions de la Riviera JUG

Ce sera l’occasion pour vous d’étendre votre réseau de connaissance et d’approcher les meilleurs qui sont en général écoutés et reconnus dans leur entreprise. Vous avez tout à y gagner : apprendre en se faisant connaitre. Mais là encore, il faudra prendre sur votre temps personnel.

PetiFourNetworking

 

En conclusion et vous l’aurez bien compris, dans votre recherche d’emploi comme ailleurs, on n’a rien sans rien ! Une embauche dans LA société idéale à vos yeux, ça se mérite : personnalisation de la candidature, networking et cooptation. Alors, qu’attendez-vous pour vous lancer !?

 

Suivez moi sur Twitter, Linkedin et Google+